Vous êtes ici

Rouge-gorge familier

Erithacus rubecula

Erithacus rubecula
Longueur : 14 cm ; envergure : 20-22 cm ; poids : 14-23 g.
Morvan : Béron, reuche ; Anglais : Robin ; Allemand : Rotkehlchen ; Hollandais : Roodborst ; Italien : Pettirosso.

rougegorge familier  (Dessin Philippe Gayet)

Ce petit turdité se voit facilement. Sa face et son plastron rouge orangé lui ont valu son nom. Il émet des cris secs et répétés rapidement tictictictic, tsît, tsit... tsissit. Il chante presque toute l'année de courtes phrases variées gazouillées à tonalité aiguë et fine. Son nid est une boule de mousses, de feuilles et d'herbes, installée à même le sol ou dans une cavité. La femelle y dépose six oeufs courant avril qu'elle couvera une quinzaine de jours. Une seconde ponte suit généralement. Insectivore à la belle saison, c'est en hiver que les fruits constituent la base de son alimentation et que l'on peut facilement observer ce solitaire à la mangeoire (un seul rouge-gorge par jardin). Le rouge-gorge est ubiquiste. Oiseau forestier, il s'est bien adapté au bocage et au jardin. Il est tout aussi abondant en feuillus qu'en résineux (Marion a estimé à onze couples pour dix hectares dans une vieille hêtraie chênaie, neuf pour une jeune futaie de Douglas de quarante ans et huit pour une jeune futaie de vingt ans). Sédentaire, des visiteurs d'hiver venant d'Angleterre, du nord et de l'est de l'Europe hivernent chez nous. Non menacé, le rouge-gorge est très commun.

rouge-gorge  (Photo Daniel Sirugue)

Galerie photo

  • rougegorge
  • Rougegorge familier 10 2002

Contributions

Il n'y a actuellement aucune contribution.

Contribuer

Ajoutez une ou plusieur images (maximum : 5)