Vous êtes ici

Sérotine commune

Eptesicus serotinus

Tête+corps : 62,6-82 mm ; queue : 46-54 mm ; avant-bras : 48-57 mm ; oreilles : 14-21,8 mm ; envergure : 315-381 mm ; poids : 14,4-33,5 g
Anglais :serotine. Allemand : Breitflügelfledermaus. Hollandais : laatvlierger. Italien : serotino comune.

La sérotine commune est un chiroptère de grande taille d'aspect général sombre : pelage brun foncé et tête foncée (museau, oreilles et tragus noirs). Ses oreilles sont de taille moyenne et le tragus est incurvé vers l'intérieur. Son identification est relativement aisée.

Espèce arboricole mais également anthropophile, elle fréquente volontiers les combles des habitations humaines (sous le faîte du toit, entre les fissures des poutres et autres anfractuosités, derrière des volets, tableaux...). Très rampante, sa localisation est délicate. On la rencontre principalement dans les milieux boisés où elle occupe les cavités naturelles (loge de pics, fissures...). En hiver, peu frileuse, elle fréquente les mêmes milieux que l'été et ne fréquente qu'occasionnellement les cavités souterraines (aucune sérotine n'a été trouvée dans les mines du Morvan).

D'un vol lent, elle sort au début de la nuit et chasse entre 5 et 10 m de haut autour de ses gîtes, des lampadaires, le long des lisières et dans les parcs. Les coléoptères et les papillons de nuit sont capturés en vol mais également au sol.

Espèce plutôt sédentaire, les colonies de reproduction sont occupées en avril-mai par quelques dizaines de femelles (quarante individus à la Grande-Verrière) qui mettent bas courant juillet. Dès que les jeunes sont autonomes, la colonie est éclatée dans les combles. Des accouplements s'effectuent dès la fin août et c'est à cette époque que la colonie se disloque. Les mâles sont solitaires toute l'année.

La sérotine commune est présente partout en France. En Bourgogne, elle est notée dans les quatre départements mais son statut reste à définir. Espèce fréquemment capturée par la chouette effraie, nous avons identifié quatre crânes dans des pelotes.

Des informations ont été recueillies dans seulement onze carrés unitaires, mais l'espèce doit avoir une distribution plus importante que ne le laisse supposer la carte, et des recherches complémentaires devraient le confirmer.

Une autre sérotine, la sérotine bicolore (Vespertilio murinus) a été notée en Saône-et-Loire, et trouvée en Morvan. Cette espèce est rare et localisée en France.

Galerie photo

  • 001__fs.jpg
  • 002__ds.jpg

Contributions

Il n'y a actuellement aucune contribution.

Contribuer

Ajoutez une ou plusieur images (maximum : 5)