Vous êtes ici

Crossope de Miller

Neomys anomalus

Tête+corps : 71-85 mm ; queue : 47-59 mm ; poids : 9-12 g
Morvan : lai meusaireingne, le sri. Anglais :Miller's water shrew. Allemand : die Sumpfspitzmaus. Hollandais : Millers waterspitsmuis. Italien : toporagno acquatico di Miller.

La crossope de Miller, aussi nommée 'musaraigne de Miller', a été identifiée à partir de pelotes de réjection de la chouette effraie par des mesures biométriques. Du point de vue morphologique, la frange de poils de la queue est absente ou peu marquée et, dans ce cas, elle n'existe que sur le dernier tiers. Contrairement à la crossope aquatique, chez cette espèce il n'existe pas d'individu mélanique et la coloration noire du dos tranche nettement avec le ventre blanc.

La musaraigne de Miller est favorisée par les cours d'eau, mais elle est plus liée aux prairies humides et aux marais. Cette espèce serait une relique préglaciaire liée aux lieux humides principalement. La compétition possible entre les deux espèces pourrait expliquer le côté plus terrestre de cette musaraigne.

Ces deux musaraignes peuvent vivre aux mêmes endroits et se nourrir des mêmes proies. Pourtant la musaraigne de Miller s'intéresse à des proies plus terrestres comme les opilions et les lombrics.

Connue maintenant dans les Alpes, le Jura, le Massif central, les Ardennes et les Vosges, en règle générale, la musaraigne de Miller occupe tous les massifs montagneux français. Mais des populations se rencontrent également en basses altitudes dans les Alpes et même en Normandie.

Le massif du Morvan étant en continuité avec le Massif central, l'existence d'une population de musaraignes de Miller ne semble donc pas exceptionnelle.

Galerie photo

  • 001__jc.jpg

Contributions

Il n'y a actuellement aucune contribution.

Contribuer

Ajoutez une ou plusieur images (maximum : 5)