Vous êtes ici

Fontaines Salées

Historique et description de l'élément

Le site comprend deux éléments de croyances et de légendes. Une pierre de légende, le Poron . En granite, absent de ce site calcaire elle a été importé, sans précision d'origine. Elle serait "liée" à une célèbre bataille de Vaubouton contre le roi de France Robert, citée dans la Chanson de geste. Le site de cette bataille et la recherche du premier monastère de Vézelay - St Pére (voir fiche) fut la raison des premières fouilles de l’archéologue René Louis dés les années 1934.
Un sanctuaire gallo-romain où des fouilles ont révélé de nombreux objets types offrandes. On y voit un bassin carré au centre d'une aire sacrée de 34m de diamètre ceinte d'une galerie circulaire ouverte. Le fond et la margelle du bassin sont en dalles de grands appareils. Un deuxième sanctuaire a été construit autour d'un 2eme captage: il comprend un vestibule ajouté au IIe et IIIe siècles qui empiète sur le 1er sanctuaire, une longue galerie à colonnades et un grand bassin dallé. Une pièce rectangulaire sert de lieux de culte et encadre le petit bassin d'eau salée.
Sur le site archéologique et touristique des Fontaines salées au sud du bourg, une source d'eau salée a été exploitée depuis plus de 4300 ans. Les fouilles révélèrent un vaste ensemble thermale, cultuel et de production de sel.Au néolithique final, vers 2300 ans avant J.-C., des cuvelages en chêne évidés (encore en état) permettaient l'exploitation du sel par évaporation. Au Ier et 2 me siècle un sanctuaire gallo-romain complété par de vastes thermes et autres bâtiments furent bâtis. Puis au Moyen-age, les habitants y puisaient l'eau qui, après ébullition et évaporation, leur donnait un peu de sel pour la cuisine. L'instauration de la gabelle (impôt sur le sel) en 1343, suscita de fréquents conflits. En 1678, le commis du grenier à sel de Vézelay, ne pouvant sans cesse surveiller le site, fit remblayer les sources. Les remblais sont encore visibles. Fouillés entre autres par rené Louis entre 1934 et 1965, les fontaines salées retrouvèrent leur histoire.
Aujourd'hui, le site archéologique, classé aux MH depuis 1942 est ouvert au public. On peut voir les très anciens cuvelages noyés dans des puits qui les conservent et les aménagements gallo-romains avec tous les bases de maçonneries des nombreux et divers bâtiments gallo-romains.
Propriété de la commune depuis 2007, un projet de valorisation et d'accueil tous public est en cours. Un petit mais intéressant musée accueille les visiteurs dans le village.

Localisation

Commune:
Saint-Père-sous-Vézelay
Lieu-dit:
Les Fontaines Salées

Contexte actuel

État de conservation:
bon
Menacé:
Non
Monument protégé:
classé
Site protégé:
classé
Plan local d'urbanisme:
Non
Statut:
public

Sources

Archéologie en Bourgogne, Les Fontaines salées, mémoire de sol

Auteur:
DRAC
Nature:
publication
Référence:
DRAC - Dijon, 2004

Développement local

Intégré dans un projet de développement local:
Oui
Importance dans le cadre de la vie communale:
très important
Précisions sur le cadre de vie:
site archéologique et touristique connu
Etat des abords:
bon
Intérêts des abords:
très important
Précisions sur l'intérêt des abords:
proche de Vézelay et de St Père, Musée
Informations sur l'aménagement des abords:
oui
Proximité de prestataires touristiques ( < 3km ):
Oui
Proximité d'un musée:
Oui
Possibilité de visite:
oui
Possibilité de stationner:
oui
Voies d'accès:
chemin communal
Accessible en voiture:
Oui
Office de tourisme le plus proche:
Vézelay
Proximité d'un chemin de randonnée ( < 500m ):
Oui

Description du culte et rite

Description de l'élément:
La pierre, le Poron est de bonne taille 2mx 1mx 1m.
Le sanctuaire est décrit dans la rubrique historique
Culte païen:
Oui
Description du culte:
Offrandes d'ex-voto: tête anthropomorphe, jambe, triangle pubiens (symbole féminin) conservés au Musée des Fontaines Salées
Existance ou non d'un rite:
Oui
Si rite thérapeutique, lequel:
maladies de peau et articulaire
Description du rite:
L'eau légèrement salée et gazeuse est réputée pour soigner ces maladies.On ignore une pratique au Moyen Age