Vous êtes ici

Monastère du Val Croissant

Historique et description de l'élément

A 1 km au sud du village au Val Croissant, dans une vallée au bord du Brazon s'élevait l' important monastère du XIIIe siècle. Selon Baudiau, il fut fondé en 1216 par Guillaume, sire de Mont-St- Jean et de la Mothe (sa tombe avec la pierre tombale le représentant, se voyait encore dans une dépendance vers 1850). Il dota le monastère de terres, champs, étangs, bois cours d'eau, hameaux…et nombreux droits, dimes et rentes qui s'accrurent ensuite et en expliquèrent sa richesse. Jean de Goix en fut le prieur à la fin du XIVème siècle et dirigeait 20 moines. Et un hôtel particulier était à disposition du prieur à Saulieu, rue de la Panneterie. Il fut entièrement pillé en 1654, puis restauré et réaménagé au début du XVIIIe par Henri Baudet de Beaumont ("qui se disait seigneur et prieur commendataire du Val-Croissant"). Il ajouta "de beaux jardins, planta des bosquets, creusa et diverses pièces d'eau, et fit de cette solitude un séjour charmant". Elie marie de Riolet, chanoine d'Avallon fut le dernier prieur, avant la Révolution. Selon la mémoire locale les moines possédaient aussi le battoir (à écorce) et un four à chaux (non localisé). Vers la mi XIXe , le propriétaire M Dupré de Vismogey de Cussy en Morvan démoli les bâtiments conventuels et reconstruit à coté une demeure bourgeoise. La carte de Cassini indique le hameau et le monastère et le cadastre de 1819 nous montre le plan des bâtiments avec les étangs, moulin et battoir. Baudiau (v 1854) nous décrit l'ancien monastère:" il formait une vaste cour carrée au centre duquel se trouvait le préau et les cloitres". Au XIV me siècle, "une vaste et belle" église de style gothique, occupait le coté sud. Du temps de Baudiau, elle servait de grange mais avait conservé ses" deux belles rosaces". Il parle aussi du remarquable fournier (boulangerie ?) "par sa grandeur" avec "un beau pilier qui supportait les voutes et se divisait en une foule de nervures, courant dans tous les sens comme les branches d'un arbre". Aujourd'hui, la propriété privé a gardé la demeure bourgeoise et son parc mais n'a pas été visité. Il doit rester quelques vestiges (non observés) de la chapelle.Il a accueilli des colonies de vacances dans les années 1970. Ce prieuré conserve une légende : la poussière obtenue en grattant un gisant, mêlée à du vin, possède la vertu de rendre fécondes les femmes stériles.

Localisation

Commune:
La Motte-Ternant
Lieu-dit:
Le Val Croissant
Localisation:
précise

Datation

Date d'origine de l'élément:
1216
Dates de remaniement de l'élément:
XVIIIe siècle
,
1850

Contexte actuel

État de conservation:
vestige
Menacé:
Non
Monument protégé:
non
Site protégé:
non
Plan local d'urbanisme:
Non
Statut:
privé

Sources

Le Morvan, essai géographique, topographique et historique

Auteur:
BAUDIAU Jacques (Abbé)
Nature:
publication
Référence:
Librairie Guénéraud - Paris, 1854

Développement local

Intégré dans un projet de développement local:
Non
Importance dans le cadre de la vie communale:
très important
Etat des abords:
bon
Intérêts des abords:
très important
Précisions sur l'intérêt des abords:
val, étang…
Proximité de prestataires touristiques ( < 3km ):
Oui
Proximité d'un musée:
Non
Possibilité de visite:
non
Possibilité de stationner:
voitures
Voies d'accès:
chemin communal
Accessible en voiture:
Non
Office de tourisme le plus proche:
Saulieu
Proximité d'un chemin de randonnée ( < 500m ):
Oui
Type de chemin de randonnée:
Pédestre
VTT